Aller au contenu

Lumière

2012 mars 24
Posted by florent

N’ayant plus le temps d’écrire sur ce blog, j’y poste quelques lignes de mon fils philibert pour un devoir de classe décrivant une ville :

Shanghai est un système solaire à elle toute seule. Ses gratte-ciels les plus gigantesques illuminent de leurs publicités géantes, tels des soleils, les petites masures délabrées à leurs pieds, et les lampadaires pareils à des milliers de comètes imprègnent timidement la route de leur puissance réfléchissante, mais ne peuvent masquer les étoiles filantes que sont les taxis, aussi nombreux que des astéroïdes dans un nuage intergalactique. Et, sur les rives du Huang Pu, on aperçoit des centaines de milliers d’étoiles lointaines, noyées sous l’eau. Je vous le dis à tous : aussi vrai que Paris est une ville d’amoureux, Shanghai est une ville de lumières.

5 Réponses Leave One →
  1. Jean-Christophe Petchot-Bacqué permalien
    mars 27, 2012

    Bonjour Florent,

    Je te retrouve aujourd’hui pour plusieurs raisons. La première : je refais enfin surface et me sens à nouveau prêt à pérégriner au milieu du monde . La seconde, je reviens m’abreuver à ton blog parce que je dois légender deux albums de photos qu’un ami a prises lors de séjours professionnels en Chine. La troisième : je félicite Philibert pour son bouquet de lumières qui me fait chalouper. Et d’autres raisons que nous serions heureux d’inventer avec Laurence et toi, si vous aviez la possibilité de nous offrir une petite rencontre.
    Bien à toi.
    Jean-Christophe

    • florent permalien
      octobre 8, 2012

      salut jean christophe

      heureux de te lire ; désolé pour les 7 mois de délais car ton commentaire était logé dans une montagne de spams !
      je vis maintenant à mi temps entre la france et la chine ; voyons nous en effet dans la moitié francaise !

      a bientôt
      florent

  2. Porte-Plume permalien
    mars 31, 2012

    Bravo Philibert !
    :-)

  3. Sébastien permalien
    novembre 11, 2012

    Vu le style, je dirais que Philibert est scolarisé dans le système scolaire chinois.

    Est-ce une erreur honteuse et pleine de préjugés de ma part ?

    • florent permalien
      novembre 11, 2012

      haha, bonjour Sébastien

      Non non ; je comprends l’esprit de votre remarque, devant la laude un peu mièvre des paysages nocturnes 夜景 shanghaiens.
      Mais que nenni ; Philibert n’a jamais été en système chinois ; il est aujourd’hui au Lycée Louis le Grand à Paris. Il a vécu un fort rejet de la langue chinoise et a tout arrêté pour se mettre avec passion à l’espagnol, avant un revirement que je n’ai jamais bien compris et qui l’a amené à reprendre le chinois cette année en seconde.

      Pour vous rassurer sur sa franchouillardise et sa capacité au cynisme, je vous colle ici l’un de ses poèmes récents ; en style surréaliste

      Ne croyez pas les grands, la vie n’est pas trompeuse
      L’espace est trop poudreuse, même entre les étoiles
      Et la terre radieuse se vide de sa moelle
      L’organique est aqueuse, et Gaïa est heureuse

      Ne croyez pas les chants, l’histoire n’est pas rose
      L’idiot qui tient la pose, n’est peut être qu’un faux
      Le bourg qui n’a que prose peut cacher une faux
      L’animal ou la rose parfois sont même chose

      Ne croyez pas le temps qui fait de votre père
      Ce qu’il n’osa pas faire il y a si longtemps
      Et qu’il ne pourra taire, si tard, si maintenant
      Peu importe où il erre, il restera sur terre

      Ne croyez pas le vent qui vous donne l’espoir
      La lèpre reste noire, les morts restent tués
      Quand s’allonge le soir, c’est la fin de l’été
      Peu importe la gloire, elle sait laisser choir.

      (vous remarquerez la rime originale, que je trouve un peu lourde :
      a / b
      b / c
      b / c
      b / b

      a / d
      d / e
      d / e
      d / d)

Laisser un commentaire